Retour accueil Le village La Mairie Communauté d'Agglomération Service Enfance-Jeunesse Espace numérique de proximité Les séances du conseil municipal Les Syndicats intercommunaux Location de salles Les travaux Urbanisme Les festivités Les associations L'école Louis Aragon Les Bulletins Municipaux Le guide pratique Contacter la mairie Actualités
flash Circulation emploi-formation
avesnes-le-sec

Redynamiser le coeur d’Avesnes-le-Sec

C’était le projet phare du précédent mandat. Celui que souhaite achever une équipe fraîchement reconduite dans ses fonctions. Aujourd’hui, les élus lancent un nouvel appel : après avoir accueilli une boulangerie et une épicerie, il reste encore deux commerces à occuper dans l’ancien corps de ferme rénové, à Avesnes-le-Sec. Mais aussi huit logements.

 

Soyons honnêtes, ce n’est pas tous les jours que l’on voit s’ouvrir deux commerces dans un village de moins de 1500 habitants. La tendance dicterait plutôt l’inverse. À Avesnes-le-Sec, avec un grand corps de ferme entièrement remis à neuf (et surtout aux exigeantes normes écologiques ou handicap), le bourg s’en est donné les moyens. Avec une belle ardoise pour la mairie, certes, pour l’instant, mais quatre commerces avec un système de crédit-bail séduisant pour les commerçants « qui osent » : soit quinze à trente années de crédit-bail (par exemple) pour des locataires qui, à l’issue, deviennent propriétaires des murs en échange d’un euro symbolique.


Tout quitter pour Avesnes-le-Sec

Philippe Frot et Sandrine Lowenguth n’ont pas hésité à tout quitter pour ne pas louper l’occasion. Les artisans, qui tenaient une boulangerie à 350 km de là, à Joigny (près d’Auxerre), jusqu’à fin 2013, ont vendu leur échoppe pour s’installer dans leur boulangerie-pâtisserie-chocolaterie avesnoise. « On a vu l’annonce sur une revue spécialisée, on a contacté la municipalité et on s’est présenté le surlendemain. » Bye bye la ville, bonjour le Nord et la vie de village. Aujourd’hui, sans aucun regret. Séduits dès les premières visites en famille, accompagnés de leur fiston, alors âgé de 3 mois.

Le jeune couple parle de « confiance », de « très bon accueil ». Une première impression qui ne s’est pas démentie, après leur installation le 8 janvier et depuis l’ouverture de leur commerce, le 11 mars. Le tout, cerise sur le gâteau, avec une bonne fréquentation (qui depuis grimpe) : « Le dimanche, la boulangerie est trop petite ! » Il faut dire que cela faisait une vingtaine d’années que l’on ne fabriquait plus de pain à Avesnes-le-Sec.

 

Résurrection, vingt ans après

 

Idem pour l’épicerie : une renaissance pour le village, vingt ans après. Cette fois-ci, avec des (presque) autochtones. Valérie et Arnaud Vanesse en voulaient. La Bouchinoise a revendu son épicerie à Marcoing et n’a pas hésité à patienter trois ans, soutien indéfectible du projet municipal, avant de pouvoir s’installer dans sa nouvelle échoppe de 130 m2, qu’il ne restait plus « qu’à » aménager.

L’épicière a déjà pour projet de livrer, en camionnette, les domiciles des environs. Son activité, déjà « bonne », comme celle de leurs proches voisins de la boulangerie, devrait prendre un coup de fouet avec la fin des travaux de la nouvelle halle et du parking à proximité, estimée à courant juin. Sans compter l’installation, à venir, d’un panneau pour indiquer la présence des commerces depuis la route. Le bourg imagine déjà organiser, sur ce nouvel espace, des cérémonies, brocantes ou animations associatives, sans parler d’autres projets pour ce précieux « cœur de village chaleureux ».

Mais pour l’heure, outre ses huit logements qu’il reste à peupler, la mairie multiplie les appels pour remplacer le boucher et le fleuriste qui se sont désistés, au dernier moment. Deux commerces qu’il reste donc à saisir (lire ci-dessous). Afin de finaliser un projet pour lequel Éric Delvaux, nouveau maire, et Jean Seuron, premier adjoint, bataillent depuis 2008 : « Certaines personnes ne s’étaient pas vues depuis un an mais avec ces commerces les gens sortent, se rencontrent. C’est convivial, ça va vraiment redonner une dynamique au village. »

 

Huit logements et deux commerces

 

« Nous, on a insisté sur les conditions : c’est du neuf, aux dernières normes, protégé à l’intérieur d’une bâtisse… » Éric Delvaux et son équipe ne manquent pas de qualificatifs pour vendre cet élément de leur projet de « cœur de village ». Cet imposant corps de ferme, placé en bordure de « la route de Sevelnord », qui héberge au rez-de-chaussée une « galerie » de quatre commerces : avec déjà une boulangerie-pâtisserie et une épicerie, il reste à trouver preneur pour deux des quatre locaux. Deux futurs commerces de 80 et 130 m2 que les intéressés pourront aménager à leur guise (*) : « À la base, on parlait d’une boucherie et d’un fleuriste, mais on reste ouvert à d’autres propositions », insiste le maire.

Au-dessus de la bâtisse, toujours celle de la rue Rouget-de-Lisle, huit logements : six T2 et deux T3, de 50 à 65 m2, qui n’ont eux aussi pas encore trouvé preneur (*). Même s’il « y a déjà eu plusieurs demandes et ce depuis le début des travaux ». Des logements bientôt prêts à être peuplés : « Nous sommes en cours de rédaction du cahier des charges pour les mises en location. »

 

 

Avesnes-le-sec © Tous droits réservés | mentions légales | contact | conception keeo.fr